•  
  •  

 
Parodontite candidosique 
CLIQUEZ ICI

La candidose buccale ou la présence de Candida albicans dans la bouche, responsable des candidoses buccales, mais aussi de problèmes beaucoup plus grave.
Le candida vit à l'état commensal, mais peut se développer de façon anarchique ou modifier son génome et muter en mycelium.

Les candidoses sont des maladies insidieuses, pratiquement inconnues il y a 50 ans, mais qui touchent actuellement des millions de personnes dans le monde. Non traitée, cette affection peut s'étendre et détériorer progressivement et gravement la santé en contribuant à                        l' affaiblissement du système immunitaire. !

Selon des statistiques et des études menées dans le monde entier, l'infection chronique par Candida frappe entre 70% et 80% de la population mondiale. Dans les derniers 15-20 ans on a pu observer une remarquable augmentation de beaucoup de pathologies psychosomatiques, et de plus en plus de manifestations de l'infection par Candida. Différents facteurs sont responsables de cette situation, et en particulier l'alimentation moderne dégradée, trop raffinée et trop sucrée, l'utilisation exagérée des antibiotiques, l'abus de remèdes pour le système nerveux central (tranquillisants, somnifères), la pilule contraceptives, les remèdes contre l'ulcère (cimetidine...) une concentration de plus en plus importante de métaux lourds comme le cadmium ou le mercure (amalgames dentaires, poissons polluées, pollution de l'air, de l'eau...), l'utilisation dans le domaine alimentaire de conservant et colorants, l'utilisation sans limites des pesticides, herbicides et antibiotiques dans l'agriculture, etc, etc...


Les symptômes sont de 4 types : digestif, énergétique, immunitaire et mental.

On trouve : des colites intestinalesune fatigue progressive et inexpliquée avec sommeil médiocre et récupération insuffisante. (cutanée, respiratoire ou alimentaire) et des mycoses. alcoolisme, boulimie, envies de sucre (chocolat, gâteaux...), de graisses saturées (charcuterie, fromage...) et de boissons alcoolisées champignons vaginaux répétitifs (pertes blanches et démangeaisons), inflammations glandulaires (glandes Bartolin) kystes et endométriose; cystite et infections rénales eczéma, seborrhée, psoriasis, acné, champignons aux ongles, aux pieds asthme, bronchite; dépressions, anxiété, fatigue chronique, maux de têtes, des allergies aggravéesdes troubles du comportement alimentaire :problèmes gynécologiques :problèmes de peau :problèmes respiratoires :des troubles du comportement :troubles du sommeil (difficulté d'endormissement), de la concentration (mémoire, volonté en baisse) et de l'humeur (irritation, inquiétude, agressivité, insatisfaction...), problèmes d'oreilles, de thyroïde, douleurs articulaires et musculaires avec gaz, ballonnements, démangeaisons anales, diarrhée, constipation.


STRUCTURE DU CANDIDA ALBICANS Le candida "est un petit morceau de sucre vivant".   Il est formé de :

CHITINE et GLUCANE :   Polysaccharides qui permettent le maintien de la FORME LEVURE MANANE :     Glycoprotéine qui détermine l'adhésivité du candida à la paroi intestinale

La FORME LEVURE a relativement peu de MANNANE La FORME MYCÉLlENNE est presque exclusivement constituée de MANNANE.

les médicaments oxydants : antibiotiques dont beaucoup font une consommation excessive mais aussi corticoïdes, pilule, chimiothérapie, transfusions sanguines et la plupart des vaccins !

les aliments oxydants : sucre blanc, pain blanc à la levure, pâtisserie industrielle, friture, fromage gras, viandes grasses, huiles raffinées, levures et champignons...

les boissons oxydantes : eaux d'adduction chlorées et stérilisées et certaines eaux minérales, toutes les boissons instantanées ou celles à base de jus de fruits ou de cola et certaines boissons alcoolisées.

les stress (physiques, énergétique, émotionnels et affectifs) et les pollutions (électromagnétiques, chimiques, électriques...) ont une répercussion oxydante par création de radicaux libres. Ils agissent en neutralisant les électrons.

mais également : empoisonnement due aux amalgames de mercure dentaire, empoisonnement chimique au foyer (produits ménagers), au bureau (les célebres VOC - Volatils Organiques Composés), de l'environnement auprès des fermes et des usines chimiques etc., les drogues récréatives, le stress (facteur seulement contributoire) et surexposition aux EMF's endommageants (champs électriques et électromagnétiques) : lignes électriques de haute tension, fours micro ondes, téléphones portables, etc...

Le traitement médical classique repose sur l'utilisation de 2 antibiotiques antifongiques, mais n'a qu'une action locale et transitoire puisqu'il ne s'attaque pas à la cause réelle, et ne fera que créer des foyers d'infestation chronique.


Mais QUI EST LE CANDIDA ?

Quand on parle de candidose, on parle presque toujours de "candida albicans", car c'est le plus courant, mais il en existe d'autres :

CANDIDA ALBICANS   (50 %)

CANDIDA TROPICALIS

CANDIDA PARAPSILOSIS

CANDIDA KRUSEÏ

CANDIDA PSEUDOTROPICALIS

CANDIDA GLABRA (TORULOPSIS)

A l'état saprophyte (inofensif)  il est présent sous forme de levure

Sous diverses conditions il se transforme en champignon et devient pathogène.

Il se présente alors sous une forme de filaments 

http://www.ateliersante.ch/candida.htm


La Candidose peut devenir donc très gràve:

Fort heureusement avant d'en arriver à ce stade, qui est lié à une hygiène de vie très altérée, il est bon de faire des analyses du parodonte, niche écologique parfaite pour le développement du Candida: c'est la parodontite candidosique.

La parodontite candisosique, est la parodontite chronique dont l’agent pathogène est le Candida Albicans. Les signes cliniques sont généralement les mêmes localement, en général on retrouve un tableau de candidose digestive, avec des signes cliniques pathognomoniques. Le traitement, qui en aucun cas doit recourir à l’antibiothérapie, fait appel à l’hygiène buccale, au laser de puissance de type Nd:YAP, à la rééquilibration du régime alimentaire et aux huiles essentielles de plante.


Au cabinet nous procédons comme suit.

1ère étape : mesure du pH salivaire. En effet le Candida se développe de façon élective en milieu acide (pH <6,5), mais également en milieu très alcalin ( pH > 8)

2ème  étape: prélèvement dans les poches parodontales, ou les sulcus, de plaque dentaire sous gingivale, à l'aide de cônes stériles ou de spatules, puis nous étalons sur une lame et réalisons une coloration gram.

Voici des exemples de suspicion de Candida dans des prélèvements gingivaux. On ne peut que suspecter le candida , la seule analyse valable et certaine de mise en évidence du Candida est la mise en culture. Tout autre examen est approximatif.

Nous confirmons notre frottis par un prélèvement et une mise en étuve sur génlose TSA que nous laissons se développer pendant 48heures.

Puis nous réalisons une stimulation (RDG) et nous refaisons un prélèvement que nous plaçons également en étuve.

Nous constatons qu'il reste "quelque chose" après l'action du laser.

Le Candida semble résistant à l'action du laser dans la majeure partie des cas, et quelques soit le laser...

Finalement nous plaçons le prélèvement réalisé après laser, dans une gélose spécifique CAN2 sur laquelle seul les Candida pathogènes peuvent se développer en laissant apparaître une image bleue. C'est la cas ici.

Notre traitement (aromathérapie et spagyrie) sera d'autant plus efficace que nous sommes précoces dans l'évolution de la pathologie.


Actuellement nous continuons à faire des recherches sur le Candida. Deux axes thérapeutiques sont privilégiés:
Le laser YAP
L'aromathérapie.
Les résultats, notamment chez les personnes immuno-déprimées sont très intéressants et extrèmement encourageants.

Notre étude avance à pas de géant. Actuellement nous travaillons avec des huiles essentielles majeures de germe dosées à 3% et appliquées à l'aide d'un propulseur sur la muqueuse buccale. Les résultats s'avèrent excellents . Nous avons vérifié in vitro, l'effet des HE sur le Candida, et celui ci est confondant.

Puis nous réalisons un aromatogramme qui va permettre de déterminer la ou les huiles moyennes de germes  et de terrain que nous prescrirons durant un temps beaucoup plus long.

Les diapositives suivantes montrent une culture de Candida qui a évolué sur une gélose spécifique, mise en contact avec le mélange d'huiles essentielles à 48 et 72 heures.

Sur la gélose spécifique CAN2, se développe de façon exhaustive le candida sous forme mycélienne (pathogène). Ici nous avons l'image obtenue à 48 heures après la mise en culture ( Etuve à 36°6)

A 48heures après l'aspersion avec les huiles essentielles , on voit parfaitement que la partie droite de la culture est désactivée par les huiles,  et que la partie gauche qui n'a pas reçu directement les huiles, est de plus claire que précédemment , montrant ainsi le début de l'inactivation de la culture.

A 72 heures , on voit parfaitement que la partie droite de la culture est "brulée" par les huiles, et donc totalement inactivée, et que la partie gauche qui n'a pas reçu directement les huiles, est de coloration blanchâtre , montrant ainsi l'inactivation de la culture.

Nous traitons actuellement des sidéens , patients dont le système immunitaire est effondré, avec des résultats très encourageants sur la parodontite candidosique.

Merci de votre intérêt pour notre travail.

La parodontite Candidosique
cliquez ici.