•  
  •  


Cette technique de thérapie, parodontale a été mise au point par le Docteur Samuel Debard. Il a fait un parallèle entre la technique de biostimulation des terrains et du sous sol en agriculture biologique par des additifs alimentaires agissant sur des bactéries qui "drainent" et assainissent le sol, et la flore saphrophyte sous gingivale, stimulée par l'eau oxygénée (ou la polyvidone iodée) ,elle même rendue beaucoup plus active par l'action du laser Nd:YAP.

Elle consiste en une approche très douce de la thérapie au Nd:YAP, par un travail en défocalisé ce qui permet d'éviter le problème chaleur, mais l'effet laser reste.
On utilise alors divers produits de désinfection, dont l'effet est potentialisé par l'effet stérilisant du laser YAP . Nous testons actuelement d'autres lasers dans ce protocole afin de vérifier leur efficacité en biostimulation.

Première étape: prélèvement au fond des poches de plaque parodontale, et mise entre  lame et lamelle après coloration Gram Hucker.

Nous observons au microscope une coloration fortement G- signe d'une flore pathogène.


Deuxième étape, rincage de la gencive avec un produit désinfectant (polyvidone iodée ou eau oxygénée).


3ème étape:restructuration dissipative proprement dite au laser de puissance Nd:YAP. En pleine puissance,le rayon étant défocalisé c'est à dire à 10mm de la gencive, en balayage constant.

Cette approche a deux buts:

1/ Préparer le terrain du patient avant de recevoir une thérapie laser plus profonde.

2/ Entretenir la santé gingival lors des contrôles à 6mois.

Elle est surtout totalement indolore et d'une efficacité incroyable.

Nous contrôlons enfin la flore parodontale, après avoir effectué le travail au YAP. LA flore est devenue G+ ( saprophyte). Cet état ne durera pas, mais il est révélateur de l'aide que va apporter la thérapie YAP sur la désinfection du parodonte.

Un traitement plus précis sera effectué par la suite, qui localement permettra par l'effet YAP, une stérilisation des poches et une restructuration du tissu osseux.


Actuellement nous réalisons une étude globale de l'effet des différents lasers utilisés en odontologie, dans le domaine de la biostimulation. Dès que cette étude sera achevée nous communiquerons les résultats sur le site.

Pour corroborer nos études en microscpopie, et pour être certainn de notre résultat , nous complètons cette analyse, par une mise en gélose TSA pendant 48 heures en étuve. Sur le premier cliché, nous voyons la poussée de la colonie bactérienne qui correpond au prélèvement fait avant la biostimulation, que nous nommons désormais la RDG : restructuration dissipative gingivale par analogie aux travaux du Professeur Iliya PRIGOGINE sur les structures dissipatives.

Sur le second cliché, qui correspond à un prélèvement réalisé après la biostimulation, on peut s'appercevoir que la colonie microbienne a TOTALEMENT disparue. Ce qui signe ici l'effet très efficace de la RDG.

Nous vous invitons à aller à la page : CANDIDA, où est expliqué le dernier niveau de nos recherches sur les parasites buccaux, en microscopie et en bactériologie. C'est effectivement très intéressant. Comme les habitués du site peuvent le constater, çà bouge !