•  
  •  


Madame A. patiente de Pise en Italie, se présente à mon cabinet pour traiter une problème gingival. Ayant traité son époux avec un certain succès, elle souhaite elle aussi me pésenter son cas. Nous convenons d'un   traitement, mettons en place le plan d'hygiène bucco-dentaire, et réalisons les séquences de traitement au laser. A l'anamnèse elle me signale une douleur de la jambe droite qui dure depuis 5 ans environ. Etant donné l'urgence du traitement gingival, je laisse de côté cet aspect de son problème, et deux mois après, son traitement au laser ayant eu les résultats escomptés, nous nous penchons sur la question.

Après une investigation particulière en auriculomédecine, nous déterminons la dent n° 25 comme étant un possible champs perturbateur. Pour prouver éventuellement la liaison avec sa douleur de jambe, je réalise une injection d'anésthésique local en regard de l'apex de la 25. J'explique à cette patiente que les douleurs de sa jambe devraient disparaître, si une relation dent  <---------> jambe existe réellement.

En fait, aucune amélioration très importante ne s'est produit dans l'immédiat, après injection au niveau de la dent, si ce n'est une légère baisse de sensibilité de la douleur de la jambe, sans plus.

Lors du rendez-vous suivant, la patiente m'a expliqué que la douleur s'était amoindri au fil du temps, et que deux jours après, elle avait disparu pour ne plus réapparaître, et ceci depuis plus d'un mois.

Nous fîmes un radio numérique qui nous a permis d'objectiver une infection sur la dent 25 dont le traitement de racine était tout à fait insufisant.


Nous avons donc décidé de reprendre, ce qui n'est pas chose facile, le traitement de racine, aidés en celà par le laser. Progressivement, nous avons fait notre chemin dans la racine en direction de l'apex.

Peu à peu nous nous sommes avancé en direction de l'apex de la dent, le laser ayant créé son passage en volatisant les tissus durs.

Après obturation, nous avons eu la surprise de voire et surtout de comprendre que l'infection était venue de l'obturation inadéquate, mais également d'un canal abhérant (ou latéral pour certains puristes que je ne nommerais pas...ils doivent se reconnaître), que seule la technique laser a permis d'obturer correctement.

ou par suite d’un processus encore actif  de nature

•inflammatoire

•physique

•chimique

•traumatique 

tout endroit de notre corps est susceptible de se transformer en champs perturbateur pathogène.                                           

Cette rupture d’équilibre local peut engendrer les affections les plus diverses dans d’autres endroits de l’organisme, parfois très éloignés, par des modifications de régulations de l’organisme, et tout particulièrement des régulations neuro-végétatives.

On décèle une grande fréquence des champs perturbateurs dans les régions céphaliques, tout spécialement au niveau  

•des amygdales

•des oreilles

•des sinus

•des dents   

de plus, toutes les cicatrices sont des champs perturbateurs potentiels.

  Les plus fréquemment toxiques sont:

•Les amygdalectomies

•Les paracentèses

•Les appendicectomies

•Les hystérectomies

•Les dents de sagesses

•Font appel à la neuralthérapie, par injection d’Implétol au niveau de la cicatrice.

•Depuis les travaux de Richand, Pelz et de Winter sur les lasers, on sait désormais que le même effet peut être obtenu grâce aux faisceaux lasers.

  Depuis ces expériences , on sait que tout laser produit:  

•Un effet antalgique

•Un effet anti-inflammatoire

•Un effet restructurant cellulaire


  •Les FOYERS

–Sinusites

–Lésions Ostéopathiques

–Statiques

–Lésions coloniques  +++

foyers dentaires +++

•Les Vaccins (BCG +++) et leurs composants (engérix)

•Additifs alimentaires et agents conservateurs.

•Les cicatrices internes et externes dont principalement:

–Appendicite

–Amygadalectomie

–Hystérectomie et curetages

–Stérilet

–Césarienne

•Les champs géopathogènes

•Les champs électro-magnétiques (portables par exemple)

•Les produits chimiques et principalement

–La pilule contraceptive

–La chimiothérapie

–Les antibiotiques

–Les corticostéroïdiens.

•Les cicatrices émotionnelles

–Lésions psycho-affectives

–Odeurs

–Blessures de l ’ego

–Les actes manqués

–La mort

–Les rapports thérapeutes/patients

Les matériaux d ’obturations canalaires (qui contiennent des corticoïdes)

L ’amalgame

L ’Eléctro-Galvanisme Buccal, les tatouages



Certains composites

Le Fluor +++

Les hémorragies per et post-opératoires

Les dents incluses

Les affections parodontales

Les reprises de caries

Les désordres occlusaux


va permettre d’éviter la création de certains champs perturbateurs  ou de les traiter:

•de faciliter l’utilisation de matériaux biocompatibles


•Permettre une cicatrisation non-toxique

•de faciliter l’éviction de séquestres toxiques

•d’augmenter la régénération d’os alvéolaire, le traitement parodontal simplifié

•d’autoriser la conservation vitale

•Réaliser des traitements canalaires à l’aide de pâtes utilisant des composés naturels, la reprise de traitements canalaires, nous offrant des surprises…

•de stopper les hémorragies

_________________________________________________________________________________